Orthétrum Saint-Genum : le retour !

Posté par odonatas69 le 22 août 2008

Rappelez-vous : le 7 juillet, je vous faisais part d’une observation faite le 31 mai d’un Orthétrum bleuissant (Orthetrum coerulescens), tout frais tout neuf, et donc immature.

Cette rencontre avait eu lieu sur ma commune de résidence ( Saint-Genis Laval-Rhône), au complexe de Beauregard, qui dispose d’un petit étang : (http://odonates69.unblog.fr/2008/07/07/orthetrum-saint-genum/)

Retour au parc de Beauregard donc, début juillet (le 9), pour de nouvelles recherches. Après la femelle immature, j’ai pu observé cette fois un mâle mature d’Orthétrum bleuissant (Orthetrum coerulescens).

Certes, les photos ne sont pas terribles ! Perché sur un mur à 3 mètres de hauteur (avec une haie d’ifs taillés au pied du dit mur m’empêchant d’avancer), ce mâle est un peu loin de l’objectif :
200807orthetrumcorsgl01.jpg

St Genis Laval (69) – 9 jullet 2008 – 300mm, F8 à 1/180ème, 400 iso

200807orthetrumcorsgl02.jpg

St Genis Laval (69) – 9 jullet 2008 – 300mm, F8 à 1/250ème, 400 iso

Photo recadrée :

200807orthetrumcorsgl03.jpg


Identification
L’orthétrum bleuissant se caractérise par sa relative petite taille, son abdomen effilé et étroit et ses long ptérostigmas jaunes. Les jeunes sont souvent confondus avec des sympétrums. Deux bandes antéhumérales claires sont bien visibles, mais il n’y a pas de marques latérales sur le thorax. Contrairement aux espèces proches, les mâles matures ne développent qu’une faible pruinosité sur le thorax et conservent la face brune. Ils apparaissent donc bicolores plutôt que tout bleus.

Se pose habituellement sur la végétation, rarement au sol.

orthetrumbleuissantident01.jpg

Répartition
Commun autour de la Méditerranée, généralement localisé en Europe centrale et septentrionale.

Habitats
Eaux courantes telles que rivières et fossés, mais aussi drains de tourbières, suintements, anciennes sablières.

Périodes de vol
Avril à novembre, pic d’abondance entre juin et août.
Source :
Guide Guide des Libellules de France et d’Europe,
K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

Orthétrum bleuissant sur le webring :
 

 


dragon22.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png 

Publié dans Orthetrum, Orthetrum coerulescens, Rhône (69) | Pas de Commentaire »

Superbe onycogomphe

Posté par odonatas69 le 20 août 2008

Toujours sur les bords du Garon à Brignais, ce superbe Onycogomphe à pinces (Onycogomphus forcipatus), appelé aussi Gomphe à pinces (c’est plus simple :-) !) n’a pas échappé à l’oeil affuté de mon épouse …

Cet anisoptère est un vrai régal de beauté !

Les mâles d’onycogomphes se reconnaissent facilement à leurs appendices anaux en forme de pince à sucre et à leur thorax jaune rayé de bandes noires (à l’exception d’onycogomphus costae). Ils se posent souvent sur des bancs de galets ou de graviers, l’abdomen redressé pour mettre bien en évidence leurs appendices anaux.

 

200806onycogomphe01.jpg

Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 300mm, F8 à 1/350ème, 200 iso


200806onycogomphe02.jpg

Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 300mm, F8 à 1/180ème, 400 iso

200806onycogomphe03.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 180mm, F8 à 1/250ème, 800 iso

200806onycogomphe04.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 220mm, F8 à 1/250ème, 400 iso

Identification
L’onycogomphe à pinces (onycogomphus forcipatus) est le plus commun et le plus répandu dans une vaste région européenne.

Anisoptère de taille moyenne. La localisation géographique et la forme des appendices anaux sont des critères qui permettent de différencier les espèces. Le triangle anal est normalement constitué de trois cellules.

Il existe trois sous-espèces, mais la distinction par la couleur n’est pas fiable. La sous-espèce albotibialis est limitée géographiquement à Chypre et à la Turquie. La sous-espèce unguiculatus est présente dans le sud de la France, les 2/3 nord de l’Italie, la péninsule ibérique et le nord-ouest de l’Afrique. Ces deux sous-espèces ont les yeux bleu-vert plutôt que verts. La dernière sous-espèce, forcipatus, est localisé dans le nord de la France et le reste de l’Europe. Les yeux sont de couleur vert.

onycogompheapincesident01.jpg 

Répartition
Commun dans le sud, localisé au nord, présent jusqu’en Oural.

Habitats
Cours d’eau ensoleillés (habituellement rocheux). Parfois dans de grands lacs.

Périodes de vol
Mai à septembre, typiquement estival.

Source :
Guide Guide des Libellules de France et d’Europe,
K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

Onycogomphe à pinces sur le webring :


dragon22.png dragon56.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png 

Publié dans Onycogomphus, Onycogomphus forcipatus, Rhône (69) | 4 Commentaires »

Encore les pennipattes !

Posté par odonatas69 le 18 août 2008

Eh bien oui, ils sont présents en nombre sur ce cours d’eau, donc ils font aussi l’objet de toute mon attention photographique, les pennipattes bleuâtres (Platycnemis pennipes), dénommés aussi Agrions à larges pattes.

200806pennipattejma02.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 300mm, F8 à 1/350ème, 200 iso

200806pennipattejma03.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 300mm, F8 à 1/350ème, 200 iso

 

Pennipatte bleuâtre sur le webring :

dragon22.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png dragon69.png

 

Publié dans Platycnemis, Platycnemis pennipes, Rhône (69) | Pas de Commentaire »

La brind’île de la Tentation

Posté par odonatas69 le 16 août 2008

Centre-ville de Brignais (Rhône) – Sur les bords du Garon …

John :

« Oh Cindy, quelle magnifique paire de… euh… de pseudopérostigmas vous avez ! »

200806couplecalopteryx01.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 180mm, F8 à 1/180ème, 400 iso

 

Cindy (toute émoustillée !) :

« Et vous John, quelle double paire …. d’ailes somptueuses ! Et quel abdomen superbement dressé … »

200806couplecalopteryx02.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 180mm, F8 à 1/180ème, 400 iso

 

Ah, l’amour chez les Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo ssp meridionalis)

Publié dans Calopteryx, Calopteryx virgo, Rhône (69) | 1 Commentaire »

Splendide splendens !

Posté par odonatas69 le 14 août 2008

Outre les pennipattes bleuâtres amoureux (voir article précédent), les bords du Garon à Brignais recèlent une autre splendeur :

le Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens)

200806splendens01.jpg

Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 300mm, F8 à 1/250ème, 200 iso

200806splendens02.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 220mm, F8 à 1/350ème, 400 iso

200806splendens03.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 300mm, F8 à 1/250ème, 800 iso

200806splendens04.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 220mm, F8 à 1/250ème, 400 iso

Identification
Grand zygoptère. Les mâles sont bleu-vert métallique avec les ailes barrées de bleu sombre. Les femelles typiques sont plus ternes, avec un corps et des nervures vert métallique, des ailes verdâtres non teintées de brun. Elles sont très difficiles à différencier des femelles de Caloptéryx vierge.

L’étendue de la coloration alaire chez les mâles varie selon les individus et les régions. Dans une vaste zone (Grande-Bretagne, majeure partie de la France et de l’Allemagne), on trouve la forme typique splendens (Caloptéryx splendens splendens) caractérisée par une bande relativement étroite qui débute à 1-3 mm du nodus jusqu’à 2-5 mm de l’apex.
calopteryxeclatantident01.jpg
Répartition
Souvent abondant. Atteint le lac Baïkal et le nord-ouest de la Chine. Répandu dans toute la France, sauf dans le sud-ouest où il est remplacé par le Caloptéryx occitan (Calopteryx xanthostoma).

Habitats
Généralement eaux courantes en milieu ouvert ou semi-ouvert. Evite les torrents froids et les forts ombrages. Mons abondant sur les grandes rivières.
Périodes de vol
D’ avril-mai à septembre-octobre.

Source :
Guide Guide des Libellules de France et d’Europe,
K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

Caloptéryx éclatant sur le webring :


dragon22.png dragon56.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png 

Publié dans Calopteryx, Calopteryx splendens, Rhône (69) | Pas de Commentaire »

Premier coeur …

Posté par odonatas69 le 12 août 2008

Première bonne surprise à Brignais (Rhône), j’ai pu observer et photographier mon premier coeur copulatoire !

Il s’agit ici de Pennipattes bleuâtre (Platycnemis pennipes), dénommés aussi Agrions à larges pattes.

200806pennipattescoeur.jpg
Le Garon à Brignais (69) – 29 juin 2008 – 220mm, F8 à 1/250ème, 200 iso

 

Pennipatte bleuâtre sur le webring :

dragon22.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png dragon69.png

Publié dans Platycnemis, Platycnemis pennipes, Rhône (69) | Pas de Commentaire »

M. Déprimée veille …

Posté par odonatas69 le 8 août 2008

Toujours au même endroit … une Libellule déprimée mâle (Libellula depressa), mais mâture cette fois !

 

200806libdepm01.jpg

Libellule déprimée sur le webring :


dragon22.png dragon72.png dragon49.png dragon57.png dragon69.png 

Publié dans Libellula, Libellula depressa, Rhône (69) | Pas de Commentaire »

Attention, risque de confusion !

Posté par odonatas69 le 6 août 2008

2008 sera t’ elle pour moi l’année de la Libellule Déprimée ? Je ne sais pas encore, mais cela me semble en tout cas bien engagé !

Pour mon plus grand plaisir (et le vôtre je l’espère aussi ! Clin doeil ), cette Libellule déprimée mâle immature (Libellula depressa) s’est laissée (presque) tranquillement photographiée, près d’un bief servant autrefois à alimenter avec l’eau du Garon les moulins de Messimy (Rhône).

Attention toutefois au risque de confusion avec la femelle. Un examen minutieux des appendices anaux permettra de les différencier !

200806libdepmi01.jpg

Messimy, bords du Garon (69) – 28 juin 2008 – 260mm, F8 à 1/500ème, 200 iso

200806libdepmi02.jpg
Messimy, bords du Garon (69) – 28 juin 2008 – 260mm, F8 à 1/500ème, 200 iso

200806libdepmi03.jpg
Messimy, bords du Garon (69) – 28 juin 2008 – 260mm, F8 à 1/350ème, 200 iso

 

Libellule déprimée sur le webring :
 


dragon22.png dragon72.png dragon49.png dragon57.png dragon69.png  

 

 

Publié dans Libellula, Libellula depressa, Rhône (69) | 2 Commentaires »

Pennipatte à contre-jour

Posté par odonatas69 le 4 août 2008

Toujours au lieu-dit « Les moulins », ce Pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes), dénommé aussi Agrion à larges pattes, ne m’a cette fois si pas échappé !

Avec ces tibias surdimensionnés aux pattes médianes et arrières, sa large tête aplatie aux yeux écartés et ses deux bandes antéhumérales claires, ce mâle est impossible à confondre avec un autre zygoptère.

 

200806pennipattejma01.jpg
Le Garon à Messimy (69) – 28 juin 2008 – 260mm, F8 à 1/250ème, 800 iso

 

 

Pennipatte bleuâtre sur le webring :

dragon22.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png

Publié dans Platycnemis, Platycnemis pennipes, Rhône (69) | Pas de Commentaire »

Virgo au bord de l’eau

Posté par odonatas69 le 2 août 2008

Changement de décor et direction les Monts du Lyonnais, à Messimy (Rhône).

Zone d’observation : les bords du Garon et sa cascade, au lieu-dit « Les moulins ».
Le Garon est une petite rivière à caractère torrentiel qui prend sa source dans la combe de malval à Yzeron dans le Pays Lyonnais, et se jette dans le Rhône à Givors. Son bassin versant compte 27 communes et son cours 32 kilomètres.

Les moulins de Messimy situés au bord du Garon ont longtemps approvisionné la région en farine. La captation de l’eau se faisait par biefs alimentés par des petits barrages ( grande et petite levée ) dont certains sont toujours existants. Ces moulins ont aujourd’hui cessé leur activité. L’un d’entre eux abrite aujourd’hui un restaurant.

Si cette zone a été choisie, c’est pour tenter de photographier Calopteryx sp. La coloration alaire, la couleur métallique du corps, l’absence de vrais ptérostigmas et la nervation dense sont caractéristiques du genre. Les différences morphologiques entre les espèces sont insignifiantes : la coloration alaire et corporelle ainsi que la couleur du catadioptre permettent d’identifier les mâles. Les femelles quant à elles sont d’identification délicate : il est souvent plus facile de rechercher en fonction des mâles à proximité. De nombreuses sous-espèces, parfois faiblement différenciées, ont été décrites.

Seule le Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo) semble fréquenter fréquente cette zone d’observation.

200806virgo01.jpg
Le Garon à Messimy (69) – 28 juin 2008 – 300mm, F6,7 à 1/180ème, 400 iso

200806virgo03.jpg
Le Garon à Messimy (69) – 28 juin 2008 – 300mm, F6,7 à 1/250ème, 800 iso

200806virgo02.jpg

Le Garon à Messimy (69) – 28 juin 2008 – 300mm, F6,7 à 1/250ème, 800 iso

200806virgo05.jpg
Le Garon à Messimy (69) – 28 juin 2008 – 300mm, F6,7 à 1/180ème, 400 iso

200806virgo04.jpg

Le Garon à Messimy (69) – 28 juin 2008 – 200mm, F8 à 1/180ème, 800 iso

 

Identification
Le plus grand et le plus sombre des Caloptéryx avec des ailes (presque) entièrement bleu cobalt métallique chez le mâle, verdâtres à ivoire transparent chez la femelle. S’observe plus fréquemment dans les zones ombragées. Les ailes, particulièrement les postérieures du mâles, sont plus larges que chez les autres Caloptéryx. Les femelles sont vert métallique et difficiles à différencier des femelles du Caloptéryx éclatant (C. splendens) : toutefois, comme pour les mâles, les ailes postérieures sont plus larges et plus brunes.

En France, deux sous-espèces sont visibles. Au nord de la Loire et des Alpes, on trouve virgo, caractérisé par la base et l’apex de l’aile plus clairs, comme délavé. Au sud d’une ligne Caen-Genève, on trouve meridionalis, qui se caractérise par la base des ailes hyaline (la délimitation de cette zone hyaline est nette) et un apex coloré.

calopteryxviergeident01.jpg

Répartition
Localement commun et répandu dans toute la France. En Europe, atteint le Caucase à l’Est. Absent au sud de l’Espagne , au nord de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas et de la Scandinavie.

Habitats
Par rapport aux autres Caloptéryx, préfère des cours d’eau plus rapides et plus frais, souvent de petite taille, plus ombragés ou plus élevés. les ruisseaux boisés sont l’habitat typique. Quant le cours d’eau ralentit, s’élargit ou s’ouvre, Calopteryx virgo est alors supplanté par Calopteryx splendens. Les deux espèces peuvent néanmoins vivre ensemble et s’hybrider occasionnellement.

Périodes de vol
D’ avril-mai à octobre-novembre.

Source :
Guide Guide des Libellules de France et d’Europe,
K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

Caloptéryx vierge sur le webring :


dragon22.png dragon56.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png  

Publié dans Calopteryx, Calopteryx virgo, Rhône (69) | Pas de Commentaire »

 

CoroLab |
wayoftrue |
Laurent GODET |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Grupul de reflecție
| welcome
| Le Système Solaire