• Accueil
  • > Recherche : odonates identification

Résultats de votre recherche

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul …

Posté par odonatas69 le 7 septembre 2009

… le même jour, je photographiais aussi mon premier Sympétrum méridional (Sympetrum meridionale) !

20090808sympetrum01.jpg

Sarzeau (56) – 8 août 2009 – 300mm F8 au 1/350ème – 200 iso – Recadrée

Cette espèce se reconnaît dans la plupart des régions à la faible étendue de ses marques noires. Il peut être confondu avec Sympetrum striolatum.

20090808sympetrum02.jpg

Sarzeau (56) – 8 août 2009 – 300mm F8 au 1/350ème – 200 iso – Recadrée

 

Identification :

-         noir à la base du front caché par le vertex et ne descendant pas pour former une « moustache ».

-         bandes noires soulignant les sutures thoraciques assez fines.

-         pas ou peu de noir sur S8-S9.

-         pattes essentiellement jaunes.

-         lame vulvaire des femelles moins saillante que pour les autres espèces de sympétrums.

sympetrummeridionaleidentf01.jpg
 

Répartition et statut :

Répandu et parfois commun mais habituellement moins abondant que les autres espèces avec lesquelles il cohabite, tel que striolatum.

Habitats :

Eaux stagnantes et peu profondes, riches en végétation : mares ensoleillées, bras morts boueux ou dépressions inondées temporaires..

Période de vol :

De début juin à mi-octobre en France.

Sources :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

Publié dans Ailleurs, Sympetrum, Sympetrum meridionale | Pas de Commentaires »

Première Aeschne mixte !

Posté par odonatas69 le 5 septembre 2009

Il m’a fallu aller jusqu’en Bretagne, et plus précisément dans le Morbihan, pour photographier ma première Aeschne mixte (Aeshna mixta) !

Bon, soyons honnête, je ne me suis pas rendu dans le golfe du Morbihan spécialement pour elle, mais plutôt pour … des vacances !

Mais comme un bonheur n’arrive jamais seul, et bien j’ai eu la chance que cette aeschne, que je ne connaissais pas, se pose pendant quelques instants pour se faire photographier.

20090808aeshnamixta01.jpg

Sarzeau (56) – 8 août 2009 – 300mm F8 au 1/350ème – 400 iso – Recadrée

 

L’aeschne mixte est la plus commune des petites aeschnes. Cette espèce, qui est abondante en fin d’été et en automne, se reconnaît à ses couleurs relativement ternes et à la marque jaune caractéristique en forme de clou à la base de l’abdomen.

20090808aeshnamixta02.jpg

Sarzeau (56) – 8 août 2009 – 300mm F8 au 1/250ème – 400 iso – Recadrée

 

Identification :

aeschnemixteidentm01.jpg

Pas vraiment de souci pour identifier ce bel anisoptère.

-         partie supérieure de S2 ornée d’un T jaune en forme de clou

-         bandes antéhumérales très réduites comparées aux autres aeschnes.

-         marques bleues du mâle sur l’abdomen bien visibles

 

Comportement :

Chasse d’un vol rapide, souvent élevé, en lisière, particulièrement en soirée.

 

Répartition et statut :

Répandue et commune dans une grande partie de l’Europe. Afflux parfois important en fin d’été.

 

Habitats :

Nombreux types de zones humides aux eaux stagnantes à faiblement courantes. Evite les eaux acides mais tolère les eaux saumâtres. S’observe souvent loin de l’eau.

 

Période de vol :

Pic en août-septembre dans la majeure partie de l’Europe.

 

Sources :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

Publié dans Aeshna, Aeshna mixta, Ailleurs | Pas de Commentaires »

Escapade dans la Drôme [4] – Le mal nommé …, je suis le mal nommé …

Posté par odonatas69 le 10 juillet 2009

Petite référence et emoticone à un ancien chanteur de variété française décédé tragiquement dans sa baignoire … pour vous parler d’un orthétrum qui peut poser des problèmes d’identification au débutant, j’ai nommé l’Orthétrum brun (Orthetrum brunneum).

Rien à voir avec le chanteur … mais pour un orthétrum brun, vous avouerais franchement qu’il est plutôt du genre … bleu !

20090607orthetrumbrunneum01.jpg

Valaurie (26) – 7 juin 2009 – 260mm, F8 à 1/250ème, 400 iso – Non recadrée

20090607orthetrumbrunneum02.jpg

Valaurie (26) – 7 juin 2009 – 260mm, F8 à 1/250ème, 400 iso – Non recadrée

20090607orthetrumbrunneum03.jpg

Valaurie (26) – 7 juin 2009 – 180mm, F8 à 1/250ème, 400 iso – Légèrement recadrée

Comme ce mâle mature peut être facilement confondu avec son homologue l’Orthétrum bleuissant (Orthetrum coerulescens), qui, lui, malgré son nom, n’est pas tout bleu (c’est simple !), petite revue de détail des critères d’identification de cet orthétrum que j’ai vu nommé aussi Orthétrum des sources, ce qui du coup porte moins à confusion !

Identification
Espèce commune dont les mâles deviennent entièrement bleus

Critères pour la mâle :

  • légèrement plus grand et plus lourd, avec un abdomen plus large, que l’Orthétrum bleuissant (Orthetrum coerulescens)
  • face bleu pâle et abdomen entièrement bleu
  • thorax monochrome devenant pruineux (chez O.coerulescens, rarement pruineux et présence de bandes antéhumérales claires, ce qui donne un aspect bicolore avec l’abdomen bleu )
  • ptérostigmas bruns relativement petits
  • 4-9 cellules dédoublées entre IR3 et NRS (0, parfois 1-5 chez O.coerulescens)

orthetrumbrunident03.jpg
 

Répartition et statut en Europe et en France
Commun autour de la Méditerranée. Etend son aire vers le Nord depuis 1990.

Habitats
Ruisseaux, fossés, suitements et drains à végétation éparse.

Périodes de vol
Avril à septembre.

Sources :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

atlaslibellulesra.jpg C. DELIRY (Coord) – 2008 – Atlas illustré des libellules de la région Rhône-Alpes
Groupe Sympetrum et Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble
Editions Biotope, Mèze – Collection Parthénope – 408

 

Orthétrum brun (orthetrum brunneum) sur le webring :


dragon22.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png 
 

Publié dans Drôme (26), Orthetrum, Orthetrum brunneum | Pas de Commentaires »

Escapade dans la Drôme [1] – Plus près des étoiles …

Posté par odonatas69 le 7 juillet 2009

Début juin, petit week-end familial en Drôme provençale, afin de découvrir les beautés historiques et naturelles de cette belle région. Pas d’objectif odonatologique particulier, cela se fera en fonction du hasard …

Et le hasard fait bien les choses car, pour mes premiers clichés de libellules, je photographie le peu courant Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) !

20090606coenagrionmercuriale01.jpg

Valaurie (26) – 6 juin 2009 – 300mm, F8 à 1/350ème, 200 iso – Non recadrée

20090606coenagrionmercuriale02.jpg

Valaurie (26) – 6 juin 2009 – 300mm, F8 à 1/250ème, 200 iso – Non recadrée

Identification
Petit agrion bleu profond, typique des ruisseaux et ruisselets du sud-ouest de l’Europe. Les mâles ont sur S2 un dessin noir proche du symbole du mercure, inspiré du caducée du dieu romain Mercure

Critères pour la mâle :

  • dessin sur S2 variable, représentant habituellement une tête portant un casque à cornes.
  • S3 à S6 rarement noir sur plus de la moitié de leur surface
  • S7 toujours avec du bleu à la base
  • ptérostigmas sombres

coenagrionmercurialemident01.jpg
 

Répartition et statut en Europe et en France
Espèce protégée en France – classé en danger. En déclin confirmé en Europe.

Répartition et statut en Rhône-Alpes
Assez rare  – classé vulnérable.

Habitats
Ruisseaux, ruisselets et fossés ensoleillés à végétation aquatique et rivulaire riche.

Périodes de vol
Mi-avril à mi-août, avec un pic en juin et juillet.

Sources :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

atlaslibellulesra.jpg C. DELIRY (Coord) – 2008 – Atlas illustré des libellules de la région Rhône-Alpes
Groupe Sympetrum et Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble
Editions Biotope, Mèze – Collection Parthénope – 408

 

Agrion de Mercure (coenagrion mercuriale) sur le webring :


dragon22.png dragon72.png dragon49.png  

 

 

Publié dans Coenagrion, Coenagrion mercuriale, Drôme (26) | Pas de Commentaires »

Une journée d’enfer [18] – Encore une nouvelle coche !

Posté par odonatas69 le 3 juillet 2009

Et je vous présente mon premier Gomphe à pattes noires (ou gomphe vulgaire), alias Gomphus vulgatissimus !

Une dernière bonne surprise de ce site que je viens de découvrir !

20090529gomphusvulgatissimus01.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 220mm, F8 à 1/350ème, 200 iso – Non recadrée

20090529gomphusvulgatissimus02.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 260mm, F8 à 1/180ème, 200 iso – Non recadrée

20090529gomphusvulgatissimus03.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 180mm, F8 à 1/250ème, 200 iso – Non recadrée

20090529gomphusvulgatissimus04.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 180mm, F8 à 1/250ème, 200 iso – Non recadrée

 

Identification
Il est plus sombre que les autres gomphes avec une couleur de fond plus verte et des marques noires plus étendues.

Critères :

  • pattes entièrement noires
  • yeux verdâtres
  • abdomen épaissi en massue
  • pas de ligne dorsale jaune sur les segments 8 à 10
  • triangle anal à 4 cellules ou plus

gomphusvulgatissimusmident01.jpg
 

Répartition et statut en Europe
Le plus fréquent des gomphes en Europe centrale et du nord. Vulnérable en Europe, en déclin confirmé.

Répartition et statut en Rhône-Alpes
Rare  (liste orange).

Habitats
Rivières et ruisseaux à courant modéré et à fond sableux. Localement : réservoirs, gravières, grands lacs.

Périodes de vol
En Rhône-Alpes, de mi-avril à fin août, avec un pic en mai.

Sources :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

atlaslibellulesra.jpg C. DELIRY (Coord) – 2008 – Atlas illustré des libellules de la région Rhône-Alpes
Groupe Sympetrum et Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble
Editions Biotope, Mèze – Collection Parthénope – 408

 

Gomphe à pattes noires (gomphus vulgatissimus) sur le webring :


dragon22.png dragon56.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png dragon67.png  

 

 

 

 

Publié dans Gomphus, Gomphus vulgatissimus | Pas de Commentaires »

Une journée d’enfer [14] – Libellula fulva : et de trois !

Posté par odonatas69 le 29 juin 2009

Troisième et dernier objectif de la saison atteint : photographier un mâle mature de Libellule fauve (Libellula fulva) ! Ce mâle a été bien sympa, il s’est laissé photographier sans difficulté …

20090529fulvam01.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 au 1/250ème, 400 iso – Non recadrée

20090529fulvam02.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 240mm, F8 au 1/250ème, 400 iso – Non recadrée

20090529fulvam03.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 180mm, F8 au 1/350ème, 400 iso – Non recadrée

 

Identification
L’apparence du mâle change radicalement avec la maturation : d’orange vif à l’émergence, il devient bleu-gris et noir une fois mature.

A maturité, les mâles se noircissent entièrement et se recouvrent d’une pruinosité gris-bleu sur S3-S7. L’étendue noire de l’extrémité de l’abdomen et la coloration gris-bleu des yeux distinguent cette espèces des autres Libellula, ainsi que les marques noires de la base des ailes des Orthetrum.

libellulefauvemident01.jpg
 

Répartition et statut en Europe
Répandu mais seulement localement abondant, présent jusqu’à la mer Caspienne. Menacé localement en Europe, mais en augmentation confirmée en France.

Répartition et statut en Rhône-Alpes
Assez rare en Rhône-Alpes, et rare dans le département du Rhône mais en augmentation confirmée dans la région.

Habitats
Semble avoir besoin d’une qualité d’eau et d’une structure d’habitat particulières. La présence d’une importante végétation rivulaire paraît indispensable. Rivières et ruisseaux à courant lent, canaux, étangs bordés de roseaux, fossés et bras morts.

Périodes de vol
Fin mai à début août, mais activité concentrée en mai et juin dans la majeure partie de l’Europe. 

Sources :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

atlaslibellulesra.jpg C. DELIRY (Coord) – 2008 – Atlas illustré des libellules de la région Rhône-Alpes
Groupe Sympetrum et Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble
Editions Biotope, Mèze – Collection Parthénope – 408

 

Libellule fauve (libellula fulva) sur le webring :


dragon22.png dragon56.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png dragon67.png  

Publié dans Libellula, Libellula fulva, Rhône (69) | Pas de Commentaires »

Une journée d’enfer [13] – Attention, un onycogomphe vous observe !

Posté par odonatas69 le 26 juin 2009

L’Onycogomphe à pinces (Onycogomphus forcipatus) est le plus commun et le plus répandu des onycogomphes dans une vaste région européenne.

20090529onycogomphusforcipatus01.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 au 1/750ème, 200 iso – Recadrée

Anisoptère de taille moyenne. La localisation géographique et la forme des appendices anaux sont des critères qui permettent de différencier les espèces. Le triangle anal est normalement constitué de trois cellules.

Il existe trois sous-espèces, mais la distinction par la couleur n’est pas fiable. La sous-espèce albotibialis est limitée géographiquement à Chypre et à la Turquie. La sous-espèce unguiculatus est présente dans le sud de la France, les 2/3 nord de l’Italie, la péninsule ibérique et le nord-ouest de l’Afrique. Ces deux sous-espèces ont les yeux bleu-vert plutôt que verts. La dernière sous-espèce, forcipatus, est localisé dans le nord de la France et le reste de l’Europe. Les yeux sont de couleur vert.

20090529onycogomphusforcipatus02.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 au 1/500ème, 200 iso – Non recadrée

Dans le Rhône, seul  Onycogomphus forcipatus forcipatus est présent : donc pas de souci d’identification !

Si Onycogomphus forcipatus est vulnérable et menacé pour l’Europe, il est par contre assez commun en Rhône-Alpes avec une tendance à l’augmentation des effectifs.

Répartition en Europe
Commun dans le sud, localisé au nord, présent jusqu’en Oural.

Habitats
Cours d’eau ensoleillés (habituellement rocheux). Parfois dans de grands lacs.

Périodes de vol
Mai à septembre, typiquement estival.

Sources :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

atlaslibellulesra.jpg C. DELIRY (Coord) – 2008 – Atlas illustré des libellules de la région Rhône-Alpes
Groupe Sympetrum et Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble
Editions Biotope, Mèze – Collection Parthénope – 408

 

Onycogomphe à pinces (Onycogomphus forcipatus) sur le webring :


dragon22.png dragon72.png dragon49.png dragon69.png 

Publié dans Onycogomphus, Onycogomphus forcipatus, Rhône (69) | Pas de Commentaires »

Une journée d’enfer [12] – Spécialité lyonnaise …

Posté par odonatas69 le 25 juin 2009

Bonne surprise de retour à la maison en cette fin de journée du 29 mai : en triant les photos, j’ai découvert que j’avais photographié sans m’en rendre compte (un vrai odonatologue ce mec Rire !) un beau mâle d’Orthétrum à stylets blancs (Orthétrum albistylum) !

Et hop, encore une nouvelle coche odonatologique ! Et ce n’était même pas un de mes objectifs de la saison !

20090529orthetrumalbistylum01.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 au 1/500ème, 200 iso – Non recadrée

20090529orthetrumalbistylum02.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 au 1/500ème, 200 iso – Non recadrée

20090529orthetrumalbistylum03.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 au 1/250ème, 200 iso – Non recadrée

 

Identification du mâle mature
Très semblable à Orthetrum cancellatum, il est cependant plus fin, plus pâle et plus contrasté, avec des appendices anaux blancs (parfois noirs chez certains mâles). La pruinosité du mâle mature est plus claire, presque blanche. Présence de bandes  claires sur les côtés et le dessus du thorax (entre les ailes). La démarcation entre le noir de la pointe adbominale et la zone pruineuse est plus nette.

orthetrumalbistylumident01.jpg

Habitats
Lacs, étangs et mares ouvertes, bras morts de fleuves.

Période de vol
Fin mai à mi-septembre

Source

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

Répartition et statut

Assez rare en Rhône-Alpes (recensé sur 15% des communes). En augmentation confirmée en Europe et en France. Au cours du XXème siècle, cette belle libellule orientale a connu une remarquable expansion en France à partir de la région Rhône-Alpes.

Il s’agit de la seule espèce d’odonate dont la localité type est Lyon !

Source

atlaslibellulesra.jpg C. DELIRY (Coord) – 2008 – Atlas illustré des libellules de la région Rhône-Alpes
Groupe Sympetrum et Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble
Editions Biotope, Mèze – Collection Parthénope – 408 p.

 

Orthétrum à stylets blancs (Orthetrum albistylum) sur le webring :


 dragon72.png 

Publié dans Orthetrum, Orthetrum albistylum, Rhône (69) | Pas de Commentaires »

Une journée d’enfer [8] – Du bleu dans les yeux …

Posté par odonatas69 le 19 juin 2009

Dans la mythologie grecque, les Naïades étaient les nymphes qui présidaient aux fontaines, aux rivières et aux fleuves. Elles étaient l’objet d’une vénération et d’un culte particulier. Elles passaient pour les filles de Zeus.

Elles n’étaient que des divinités champêtres dont le culte ne s’étendait pas jusqu’aux villes.

On les peint jeunes, jolies, assez ordinairement les jambes et les bras nus, appuyées sur une urne qui verse de l’eau, ou tenant à la main un coquillage et des perles dont l’éclat relève la simplicité de leur parure ; une couronne de roseau orne leur chevelure argentée qui flotte sur leurs épaules. Parfois, elles sont aussi couronnées de plantes aquatiques, et près d’elles est un serpent qui se dresse comme pour les enlacer dans ses replis.

Quoi de plus poétique que le nom de Naïade aux yeux bleus (Erythromma lindenii) pour ce zygoptère ! Plus poétique en tout cas que son autre nom : Agrion de Vander Linden !

Et c’est la encore une première pour moi, un peu dûe au hasard certes …

20090529naadeyeuxbleus01.jpg

Vernaison (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 à 1/350ème, 200 iso – Recadrée

 

Identification :

Le mâle mature rase l’eau d’un vol rapide et se pose sur les végétaux flottants (voir sur une branche sur cette photo), loin de la berge.D’apparence générale et de taille rappelant l’Agrion jouvencelle (Coenagrion puella), il s’en distingue toutefois par :

- des yeux d’un bleu vif contrastant avec la tête noire

- de larges bandes antéhumérales

- un dessin en forme de calice sur S2

- des marques noires lancéolées sur S3 à S6

- S9 et S10 essentiellement bleus

- des taches postoculaires réduites à des lignes ou absentes

naadeyeuxbleusmident.jpg

 

Répartition et statut :
Espèce méridionale souvent abondante en zone méditerranéenne, qui s’étend lentement vers le nord.

 

Habitats :
Eaux stagnantes à faiblement courantes : lacs, étangs, gravières, canaux, rivières et fleuves lents, riches en végétation aquatique.

 

Période de vol :
De mars à octobre dans le sud, principalement de juillet à août dans le nord.

 

Source :

Guide Guide des Libellules de France et d’Europe, K.-D. B. Dijkstra, illustré par R. Lewington, 2007
Editions Delachaux et Niestlé, Neuchatel-Paris
Collection : Les guides du naturaliste

 

 

Naïade aux yeux bleus (Erythromma lindenii) sur le webring :


dragon49.png dragon57.png dragon56.png 

 

Publié dans Erythromma, Erythromma lindenii, Rhône (69) | Pas de Commentaires »

Une journée d’enfer [4]: entrée en piste des Sympetrum

Posté par odonatas69 le 16 juin 2009

En ce vendredi 29 mai, première observation de la saison d’un sympétrum dans les landes de Montagny.

 

20090529sympetrumsangf01.jpg
Montagny (69) – 29 mai 2009 – 300mm, F8 à 1/250ème, 400 iso – Non recadrée

 

Oui mais voilà, avec les sympétrums, ce n’est jamais évident pour l’identification. Commençons pas les papattes, comme dirait Geeko ! Pas de problème, on voit bien qu’elles sont entièrement noires, sans bandes jaunes ! Selon mon guide, seules danae, deprissiusculum et sanguineum possèdent cette caractéristique.

 

20090529sympetrumsangf02.jpg

Montagny (69) – 29 mai 2009 – 180mm, F8 à 1/250ème, 200 iso – Non recadrée

 

Mais examinons d’autres critères : le sympetrum danae présente un triangle thoracique très sombre, entre la tête et les ailes, même chez les immatures et les femelles. Ce critère étant absent, nous pouvons donc éliminer sympetrum danae.

 

20090529sympetrumsangf03.jpg

Montagny (69) – 29 mai 2009 – 220mm, F8 à 1/350ème, 200 iso – Non recadrée

 

Quand à la différentiation avec sympetrum deprissiusculum, elle est très minime et porte sur la forme plus aplatie de l’abdomen (d’où son nom) et la présence de marques noires sur l’abdomen en forme de gouttes ou de triangles allongées, ce qui n’est pas le cas ici.

 

Nous sommes donc en présence ici d’un Sympétrum sanguin (sympetrum sangineum). Cet odonate est commun dans la majeure partie de la région. Les mâles matures se reconnaissent facilement par leurs pattes entièrement noires et leur abdomen rouge sang, légèrement épaissi en massue. La petite tache de couleur jaune à la base de l’aile postérieure, la face rouge vif du mâle et le thorax relativement uniforme facilitent l’identification. Compte tenu des appendices anaux et de la couleur des yeux, il s’agit d’une femelle immature.
Sympétrum sangin (sympetrum sanguineum) sur le webring :


dragon22.png dragon72.png dragon57.png dragon49.png dragon56.png 

Publié dans Rhône (69), Sympetrum, Sympetrum sanguineum | Pas de Commentaires »

1234
 

CoroLab |
wayoftrue |
Laurent GODET |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Grupul de reflecție
| welcome
| Le Système Solaire